Histoire de la sécurité PEMP

L’utilisation de nacelles élévatrices comportent des risques particuliers et, avec la généralisation de ces engins, les risques d’accidents, autant que les accidents, augmentaient. Si des entreprises, comme Airnace, avaient pris les devants en formant les utilisateurs avant chaque usage, la loi Suisse n’imposait pas d’instructions particulières pour ce type d’engins.

S’il est explicite , dans l’article 6 de l’Ordonnance sur la Prévention des Accidents (OPA), que « l’employeur veille à ce que tous les travailleurs soient informés de manière suffisante et appropriée des risques auxquels ils sont exposés et instruits des mesures de sécurité au travail », c’est à la SUVA, responsable des l’assurance-accident obligatoire et de la sécurité au travail, que fut laissé le soin de définir plus en avant « suffisant » et « approprié ». Ainsi c’est sous forme de « checklist » que les premières recommandations virent le jour (imposant, notamment, le port du harais).

Dans le cadre la Fédération Internationale du matériel d’Accès en Hauteur un mouvement visant à encourager la sécurité sur l’usage des ces engins s’engagea également. Lorsqu’en 2013, l’IPAF lança sa formation, en Suisse la SUVA produisait sa « checklist », vivement saluée par l’IPAF car la dépassant. Dans ce contexte, l’Association Suisse des Fournisseurs de Plate-Formes de travail, l’ASFP, sur la base de la SUVA, créa ses propres recommandations ouvrant la voie à une formation à la saveur particulière « Swiss Made ».

Aujourd’hui, en Suisse, les ordonnances fédérales, l’OPA et l’OLT 5, connue sous le nom de l’Ordonnance sur la protection des jeunes travailleurs, l’expérience de la SUVA en terme de prévention des accidents et la volonté des fournisseurs de plates-formes de travail forment les trois piliers d’une sécurité certifiée de qualité suisse.

Vous trouverez plus de détails sur le permis PEMP sur la page formation du site Airnace.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet